background

Oenothera biennis

Onagre

onagre

Nom

L'onagre est aussi appelée onagre bisannuelle, œnothère, herbe aux ânes, fleur nocturne, belle de nuit et lysimaque vulgaire. En anglais, la plante porte notamment les noms d'Evening primrose, d'Evening star et de Sundrop.
Le nom latin est dérivé de deux termes grecs : "oinos" qui signifie le vin et "thera" qui peut signifier la chasse, la proie, le gibier ou l'âne. La plante avait la réputation d'aider à traiter la gueule de bois. On croyait aussi qu'une décoction dans du vin aidait à apprivoiser les animaux sauvages. Et on prétendait même que les ânes raffolaient de cette plante. Les Anglais ont surtout donné à cette plante des noms qui rappellent sa particularité de ne s'ouvrir que le soir.
Primrose signifie aussi primevère : les deux plantes se ressemblent en effet quelque peu. Dans nos contrées, la plante a été consacrée à saint Antoine. Le nom s'est ensuite transformé en onagre. Biennis signifie bisannuel.

Caractéristiques botaniques

L'onagre est une plante bisannuelle vivace qui pousse vite. Elle possède un rhizome charnu de couleur rougeâtre. Au cours de la première année, on ne remarque sur le sol qu'une rosette de feuilles étroites et oblongues, de couleur vert clair. La plante se développe pendant la deuxième année en une tige cylindrique et pubescente, peu ramifiée, de couleur rougeâtre. La tige porte des feuilles étroites et oblongues, à pétiole court en bas et sessiles vers le haut. Ces feuilles sont pubescentes et nervurées. La plante fleurit de juin à septembre en longs épis couverts de grappes de bourgeons. La floraison de ces bourgeons commence du bas vers le haut.
C'est alors qu'apparaissent de grandes fleurs de couleur jaune soufre (diamètre de 5 cm) composées de 4 pétales. Elles ont une odeur sucrée et ne s'ouvrent qu'au crépuscule. La nuit, elles restent ouvertes pour la pollinisation des insectes. Mais elles ne fleurissent que jusqu'au midi suivant lorsque le temps est ensoleillé (les fleurs persistent rarement pendant 2 nuits). Après la floraison, apparaissent de gros fruits capsulaires sessiles qui renferment une multitude de petites graines. Le pressage de ces petites graines donne une huile de couleur dorée.

Habitat

L'onagre est originaire d'Amérique du Nord et du Sud. Elle est arrivée au XVIIe siècle dans nos contrées où elle s'est immédiatement retrouvée à l'état sauvage. On la retrouve aussi en Asie, en Australie et en Nouvelle-Zélande. L'onagre est surtout cultivée pour les bienfaits de ses graines mais aussi pour sa beauté ornementale.
L'onagre peut pousser sur n'importe quel sol mais elle a une préférence pour les sols meubles et sablonneux, bien ensoleillés. Vous trouverez donc cette magnifique plante à l'état sauvage sur une terre sablonneuse, dans les dunes, dans le lit des rivières, sur un terrain en friche, en bordure des routes, sur des talus, dans des haies de jardin et même sur un sol désertique.

Utilisation

L'onagre est utilisée depuis des siècles déjà par les Indiens d'Amérique : la tribu Ojibwa a été la première à découvrir les vertus bienfaisantes de cette plante. Ils faisaient infuser la plante, la transformaient en cataplasme contre les ecchymoses et autres problèmes de peau. Avec les racines, ils fabriquaient une boisson contre la toux.
Au XVIIe siècle, la plante est arrivée en Europe comme "passager clandestin" sur les bateaux qui transportaient du coton vers la Grande-Bretagne. À cette époque en Europe, cette fleur était connue sous le nom de "King's Cure All".
Dans les années 1917-1919, on utilisa cette plante en Allemagne pour extraire de l'huile. C'est alors que l'on découvrit un nouvel acide gras : l'acide gamma-linolénique (AGL).
En 1935, Hugo De Vries mena sa célèbre étude sur laquelle il fonda sa théorie de la mutation.
En 1960, d'autres études furent réalisées sur les effets de l'AGL. On découvrit que l'AGL était absorbé de manière beaucoup plus efficace par les cellules de tous les tissus et organes principaux du corps. Par la suite, d'autres études et essais furent encore réalisés, notamment en rapport avec l'action de cet acide sur le taux de cholestérol, sur les problèmes cardiaques, etc. Ces études furent principalement menées par le biochimiste John Williams.
Dans les années qui suivirent (surtout depuis 1980), de nombreux scientifiques se sont penchés sur l'onagre et ont découvert de nombreuses vertus thérapeutiques, notamment pour la sclérose en plaques (Dr Fields), la schizophrénie et les prostaglandines (Dr Horrobin). Aujourd'hui, l'huile d'onagre fait toujours l'objet de nombreuses recherches.
En 1629, Parkinson fit une description approfondie de la plante. Ensuite, Culpeper découvrit son action thérapeutique sur le foie et la rate ainsi que ses propriétés diurétiques.Principaux ingrédients :Acides gras essentiels poly-insaturés : principalement des acides gras oméga 6 : AGL et AL (acide gamma-linolénique et acide linolénique, moins d'ALA, acide alpha-linolénique). Elle comprend également des acides gras mono-insaturés, des acides gras saturés ainsi que des fibres, des protéines et du calcium. Ces substances ont un effet bénéfique sur les problèmes de peau et les douleurs prémenstruelles. Elles jouent aussi un rôle dans la prévention des problèmes cardiaques et vasculaires.

Usage traditionnel
Les Indiens Blackfoot se nourrissaient des racines. Les Indiens d'Amérique du Nord concoctaient une infusion de graines afin d'accélérer la guérison et utilisaient aussi les autres parties de la plante à des fins thérapeutiques. L'onagre avait aussi des effets bénéfiques contre l'anxiété, les troubles gastriques et intestinaux, l'asthme et la coqueluche.


Lettre d'information Sain & Naturel

Recevez des conseils pour un mode de vie sain tous les mois

tip

Recevez des conseils et des informations sur un mode de vie sain

s'inscrire