background

Agaricus

Champignons

Champignons bénéfiques

Par beau temps, les champignons sortent de terre en une seule nuit et forment parfois des cercles appelés « ronds de sorcière ». Jadis, on attribuait aux champignons des forces mystérieuses. Mais pas seulement. Ainsi, en allemand, le mot « Glückspilz » est associé à une personne à qui tout réussit, qui a beaucoup de chance dans sa vie. 

Les champignons, des êtres particuliers

Comme poison ou comme drogue, comme symbole de chance ou de médication, les champignons ont de tout temps dégagé une aura spéciale et suscité des croyances en raison de leurs propriétés exceptionnelles. Hildegard von Bingen les décrivait déjà et au Japon, en Corée et en Chine, ils étaient très prisés dans la médecine populaire. Entre-temps, de nombreuses études réalisées en Asie et aux États-Unis ont confirmé ce que des guérisseurs chevronnés avaient décrit depuis des siècles. Ce n’est qu’en Europe que la reconnaissance des vertus des champignons a pris quelque retard.

Vertus curatives et énergisantes

Pour se protéger contre les virus, les bactéries et d’autres plaies comme les moisissures, les champignons produisent une série de substances qui sont également saines pour l’être humain. Ce sont surtout les champignons poussant sur les arbres qui possèdent ces vertus curatives.

Les études démontrent que les champignons ont des effets préventifs et thérapeutiques : ils renforcent le système immunitaire en rétablissant l’équilibre corporel et en régulant les fonctions de l’organisme. Ils contribuent donc à maintenir les personnes en forme et ralentissent le processus de vieillissement. Selon la médecine traditionnelle chinoise, aucune composante particulière des champignons n’en est responsable. C’est l’interaction des substances dans leur ensemble qui rend le champignon si précieux.

À y regarder de près

12 espèces de champignons, recommandées dans la mycothérapie visant à traiter différents maux, ont été étudiées scientifiquement. Notamment les espèces Shiitake, Maitake et Reishi. Depuis lors, toutes les trois (sous la forme de préparats) ont été autorisées en Asie et aux États-Unis dans la thérapie de soutien contre le cancer. On leur attribue une longue liste de propriétés favorables. Chacune d’entre elles possède certaines substances dominantes responsables de leur action spécifique.

Trois espèces

Shiitake, le roi

Le Shiitake (Lentinula edodes), le roi des champignons, est également un aliment recherché en raison de son arôme épicé. Il est, après le champignon ordinaire, l’espèce la plus consommée dans le monde.
Il y a 2000 ans, la médecine traditionnelle chinoise recommandait déjà le Shiitake, notamment contre le refroidissement et l’affaiblissement. D’après Dr H. Knopf, président de la Fédération allemande des champignons bénéfiques (DVHP), le Shiitake est le protecteur par excellence du système immunitaire. Son titre de roi des champignons est donc amplement mérité.
Ce qui rend le Shiitake unique est la substance Lentinan qui a fait l’objet de nombreuses études : selon Dr Knopf, ce polysaccharide agit surtout sur la flore intestinale où il renforce les bonnes bactéries et contrecarre un déséquilibre de cette flore intestinale en raison par exemple de Candida albicans. L’intestin constituerait la clé du système immunitaire parce que trois quarts des cellules immunitaires se trouvent dans la muqueuse intestinale.  
Le lentinan a cependant un effet indésirable : il peut provoquer des réactions cutanées allergiques, intitulée par les médecins « Dermatite – Shiitake ». Selon l’Institut fédéral allemand de l’évaluation des risques, de telles réactions n’ont cependant été constatées que  très rarement jusqu’à présent. En outre, ces réactions seraient liées, comme pour d’autres allergies alimentaires, à plusieurs autres causes. 

Maitake, le danseur

Les cueilleurs de champignons japonais devaient exécuter de véritables danses de joie chaque fois qu’ils trouvaient un exemplaire du champignon aromatique Maitake (Grifola frondosa). C’est pour cette raison que ce champignon s’appelle encore aujourd’hui « le champignon dansant ». Son nom allemand « Klapperschwamm » se réfère sans doute à sa forme fendue. Selon la DVHP, le Maitake est le champignon idéal pour maigrir : en le digérant, nous stockerions moins de graisses dans nos tissus.
Le Maitake doit sa place singulière dans le monde médical à ses bêta-glucanes appartenant au groupe des polysaccharides : ils activent certains globules blancs et soutiennent le système immunitaire dans sa lutte contre les virus et les bactéries. Comme des études américaines l’ont confirmé, les bêta-glucanes peuvent freiner la croissance des tumeurs. De par leurs effets antitoxiques, ils adoucissent les effets secondaires indésirables de la chimiothérapie.
Les médecins recommandent les extraits de Maitake en cas de diabète, surtout de Type 2 et de pression artérielle élevée. D’autres études ont montré que le Maitake, comme le Shiitake et le Reishi, contient de grandes quantités d’ergostérine, un pré-stade de la vitamine D qui prévient l’ostéoporose.

Reishi, la source de jouvence


Le champignon ressemble à un chapeau recouvert d’un vernis rouge foncé : en allemand, il s’appelle donc « Glänzende Lackporling » (ganoderma lucidum). Le mot japonais « Reishi » renvoie à une longue vie et le nom chinois « Ling Zhi » signifie « champignon divin de l’immortalité ». Ce champignon d’arbre grand de 15 cm est apprécié comme source de jouvence dans toute l’Asie. Il ne peut toutefois se consommer en raison de sa dureté et de son goût amer.

Vu que le Reishi a besoin de certaines conditions climatologiques pour fleurir, il est plutôt rare dans la nature. Il est donc cultivé. En Chine, ce champignon n’était destiné qu’à l’empereur. Et depuis longtemps, ses effets ont été largement étudiés.

Ses agents bénéfiques sont, outre les bêta-glucanes, ce qu’on appelle les tripertènes, qui luttent contre les allergies. Ils réduisent les inflammations et la production d’histamines, ce qui les destine à la lutte contre la bronchite chronique, l’asthme et l’arthrite rhumatismale. Autre particularité des tripertènes : ils diminuent la pression artérielle et renforcent le cœur et le système du flux sanguin.

Bu sous la forme de thé, le Reishi a un effet apaisant, selon la DVHP. Il doit son nom de source de jouvence à sa propriété de capteur de radicaux. Il peut donc réduire les dégradations du cœur, du foie et des reins dues au vieillissement et les vasoconstrictions artérielles, selon l’ouvrage de la DVHP, « Champignons bénéfiques ». Les effets de rajeunissement seraient particulièrement surprenants sur la peau.

Ni plante, ni animal

Les champignons appartiennent au groupe des êtres parmi les plus anciens sur la terre. Après les avoir classés pendant longtemps dans le règne végétal, les botanistes ont constaté qu’ils formaient un groupe distinct parmi les organismes : comme les plantes, ils restent fixés à un endroit mais sont dépourvus de chlorophylle (le vert de la feuille), ce qui exclut toute photosynthèse.

Comme les insectes, ils sont constitués en grande partie de chitine, ce qui les rend peu digestes. Comme les bactéries, de nombreux champignons transforment le matériel organique mort en humus.

Le cueilleur de champignons ne s’intéresse qu’au fruit visible du champignon, c’est-à-dire son corps, ce que l’on appelle le mycélium, constitué de filaments qui poussent sous la terre ou dans le corps d’un arbre. Il existe trois groupes de champignons, classés selon leur cycle de vie : les champignons qui transforment le matériel organique en humus, les champignons qui vivent en symbiose, par exemple avec un arbre, et les champignons parasites.

Les botanistes estiment qu’il existe dans le monde de 10 à 12 000 grandes espèces de champignons. Ajoutez-y encore les microchampignons et vous arrivez à 1,5 million d’espèces ! Personne ne peut avancer de nombre précis dans la mesure où de nouvelles espèces sont découvertes sans arrêt. Mais une chose est sûre : après les insectes, les champignons sont les organismes les plus répandus sur la terre.

Eau, minéraux et peu de graisses

Outre leur valeur thérapeutique, les champignons possèdent aussi une valeur culinaire et des qualités diététiques : pauvres en calories, ils sont constitués d’eau à 90°. Ils sont riches en protéines, minéraux, spores et vitamines parce qu’ils les aspirent comme une éponge de leur environnement.

Leur réputation de met délicat est quelque peu ternie par le fait qu’ils absorbent également, dans certaines conditions, la radioactivité et les métaux lourds. C’est pour cette raison qu’il faut s’approvisionner auprès d’une pépinière fiable, souligne la Fédération en donnant une liste de fournisseurs qui cultivent les champignons sur un substrat non traité et les font tester par des labos contrôlés par les pouvoirs publics.

Poudre ou extrait ?

Dans le commerce, les champignons bénéfiques sont proposés sous une forme fraîche ou séchée, en poudre ou en extrait. Il existe une différence importante entre la poudre et l’extrait. La poudre contient toutes les vertus des champignons séchés et moulus. L’extrait ne contient que les ingrédients séparés.

Pour bénéficier de l’action détoxifiante, il est préférable de prendre la poudre puissante. Si vous voulez renforcer votre système immunitaire ou souffrez d’une maladie grave, les extraits actifs sont davantage conseillés, selon la Fédération. En cas de maladies, il faut cependant toujours consulter un médecin avant de consommer des champignons bénéfiques.

Par ailleurs, les champignons bénéfiques comestibles frais s’intègrent délicieusement à des préparations culinaires. Pour prévenir les maladies et préserver la vitalité corporelle, la Fédération recommande d’inscrire régulièrement des champignons au menu.
(Auteur : Gisela Dürselen)


Lettre d'information Sain & Naturel

Recevez des conseils pour un mode de vie sain tous les mois

tip

Recevez des conseils et des informations sur un mode de vie sain

s'inscrire